DAY WALKER 187 - Plus qu'un Clan, une Famille 


DAY WALKER 187 Index du Forum


 Se connecter pour vérifier ses messages privés 

 FAQ
   Rechercher   Membres 

 Profil         Connexion 
 
Cette Immondice d'Etre

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet DAY WALKER 187 Index du Forum -> DIVERTISSEMENTS DU GUERRIER -> TEXTES ET POEMES
Sujet précédent :: Sujet suivant

Ce texte vous a plu ?
Oui
100%
 100%  [ 5 ]
Non
0%
 0%  [ 0 ]
Total des votes : 5

Auteur Message
Twinky-Whisky
Clan

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2013
Messages: 7
Localisation: TeleTubbiesLand (en Sibérie Orientale)

MessagePosté le: Lun 10 Mar - 23:27 (2014) Sujet du message: Cette Immondice d'Etre Répondre en citant







Notre camionnette file à vive allure, tandis que nous nous écartons du centre-ville de Nijni Novgorod. Antoine, Daniel, Mathieu et Damien rigolent, mais moi, je ne me sens pas très bien, une sorte de mauvais pressentiment, comme un vent, une tension, pesant sur mon esprit.
«- On arrive bientôt ?
-Oui, mais cette saloperie d'baraque est située assez loin, derrière la forêt, camarade... Me répond Damien.
- Prends donc un peu de Vodka, il fait froid dehors, et un boulot monstre nous attend ! Reprend Mathieu »
Alors que nous traversons la forêt, la fin de la soirée s'annonce proche, c'est l'hiver en Russie. Seuls les lointaines lumières de la ville nous atteignent et mes mauvais pressentiments ne font qu'augmenter... Nous sortons maintenant des routes en béton, et nous roulons sur la terre. La pluie tombe en torrent, et les roues commencent à s'enfoncer dans la boue. La pluie tombe de plus en plus, la nuit aussi... Nous ne sommes toujours pas arrivés à la maison. La voiture s'arrête brusquement et Mathieu se met à crier :
« _Eh merde ! La voiture s'est embourbée ! Bon, descendez, on va essayer de nous sortir d'là !



Nous sortons donc. Pendant plusieurs minutes, nous nous harassons à sortir le véhicule de la boue en vain. Nous décidons donc de laisser le véhicule de la mairie là où il est et de continuer à pied. Après une dizaine de minutes de marche, dans un lieu découvert de la forêt, nous apercevons la maison. Nous approchons de la maison, elle est extrêmement délabrée. Les nuages de pluie se sont séparés de derrière la maison et les derniers rayons de soleil nous atteignent. Le toit de la maison est écroulé. L'intérieur doit être bien trempé, et les pignons de murs pourris. Je commence à prendre des notes. Nous observons donc cette maison décrépie aux fenêtres sans vitres. La nuit approche... Nous nous décidons de nous dépêcher de nous mettre au travail...









C'est alors que Daniel pose une question :
« On a pas oublié les outils ?!
_ Oh putain, bon, tu veux bien aller les chercher ?
_Euh, ouais, j'veux bien... »
La nuit tombe de plus en plus, et Daniel part seul. Cela me semble dangereux, mais je ne dis rien. Nous attendons donc, quinze,vingt, vingt-cinq, minutes, dans le froid et le silence. Nous prenons donc une décision :
Mathieu et moi devons partir à la recherche de Daniel, les deux autres, s'abriter dans la maison et prendre des notes, des photos, pour essayer de faire un rapport rapide à la mairie.
Mathieu et moi partons dans la forêt, à la recherche de Daniel. Ayant une bonne mémoire, je sais où aller. Je trouve une quinzaine de minute plus tard la camionnette, quelques marques de pas et une vitre brisé. Je ne distingue pas de trace de Daniel. Je désire appeler les autres sur leur portable... Pas de réseau. Je prends donc les outils et, avec Mathieu, nous repartons sur nos pas, la peur au ventre. Il fait nuit. Dix minutes de marche, nous sommes arrivés devant la maison. Il n'y a personne. Je cris les noms de mes amis en espérant une réponse. La peur m'envahit. La peur de rester bloqué dans cette forêt. La tête de mes amis apparaissent de la porte d'où ils sortent nous rejoignent :
« _ Bordel ! Vous avez pas trouvé Daniel ? Un long silence s'installa.
_Non... mais nous avons les outils, nous devons accomplir notre mission ! Nous le devons ! Pour la Mère Patrie Russie !
_D'accord, allons-y... »
Nous entrons à nouveau dans la maison... Nous nous situons dans l'entrée, en face de nous un grand escalier en ruine, à droite une pièce, à gauche une autre. Je n'aperçois pas bien les détails car la pièce n'est éclairée que par un fin faisceau de lumière, envoyée par la Lune. Mathieu allume une lanterne. Elle clignote légèrement... L'ambiance est oppressante. Au sol, de la porcelaine et du verre sont brisés sur le sol. Le papier peint des murs est arraché. Il fait froid, et les murs sont pourris par l'humidité. J'entends un léger craquement du bois et une plainte faible venant du premier étage. Je sursaute. Je crois être le seul à l'avoir remarqué. Nous pénétrons dans la salle de gauche : un ancien salon. La salle est extrêmement délabrée. Nos regards sont tous attirés vers un seul détail : Dans une cheminée en marbre, des braises sont encore rouges à certains endroits et crépitent légèrement. Nous pensons à des squatteurs qui auraient passés la journée ici. Mais ils peuvent être encore là... Je sors de ma veste une arme de poing. Mathieu commence des analyses avec des instruments. Antoine aussi et Damien prend des notes. Une heure de travail s'écoule quand nous arrivons au premier étage. Nous passons vers la gauche. Un long couloir s'offre devant nous : une porte ouverte au bout du couloir laisse entrevoir une pièce. Nous voyons le mur du fond de la chambre. Une fenêtre brisée nous laisse entrevoir la Lune. Nous avançons en file indienne. Je suis devant, avec mon arme. Je tourne la tête et aperçois un tableau dérangeant, où des gens sont attachés et partiellement torturés. J'étouffe un cri. Une nouvelle plainte s'échappe de la chambre. Je sursaute et tire une balle dans le sol, à cause de la peur :
« _ T'es con ! Arrête ! stresses pas ! » me disent mes amis.
Nous avançons lentement puis je pénètre le premier dans la chambre et une vision d'horreur brouille mon esprit : un homme, semblant être décomposé. Il ne lui reste que quelques cheveux blancs et longs parsemés sur sa tête, il est extrêmement maigre et est attaché et torturé comme sur le tableau. Il crie, je crie. Dans la peur je vide mon chargeur sur cet être. Il est mort. Je ne sens plus ma tête... Mes jambes se dérobent sur elles-mêmes... Je tombe par terre et perds mon souffle... Des ultrasons envahissent mon cerveau et font imploser mes tympans. Tout autour de moi se brouille, fond et coule. Je vois mes amis autour de moi, placés en arc de cercle. Ils me regardent, impassible. Au loin, la fenêtre, j’y vois des flammes de l’Enfer y pénétrer. J’entends les voix de mes amis étouffés me crier dessus. J’essaye de me débattre, je ne parviens pas à bouger, je suis trop faible. J’ai chaud, j’ai froid, je sue… Mon corps me gratte, j’ai l’impression de devenir dément ! Je crie, cela me déchire la tête. Je vais exploser. Je suis pris d’une peur immense et inqualifiable. Je vois tout en rouge. Mes amis me relèvent. J’éprouve une grande douleur. Je vois le cadavre, il bouge ! Son visage est celui de Daniel. Mes amis m’approchent du cadavre, je crie, me débat, me cache la vue avec mes bras. Je pleure, je suis à bout, je vais mourir !






Puis d’un coup, c’est le néant.




Je plane comme sur du coton. Tout autour de moi est calme et reposant. Je n’entends rien, ne sens rien. Je suis fatigué et m’endors.



Je me réveille. J’ai l’impression qu’un très long moment s’est écoulé. J'ai la tête tourné vers la gauche, je vois un mur. J’analyse la situation.
Je suis allongé sur le dos. Je suis toujours dans cette horrible maison, mais mes amis ne sont plus là. Je me souviens de ce qui s’est passé avant de m’endormir. Ce fût un moment dur, mais je recouvre mes forces. Je me souviens d’un tableau. Je suis sur un lit. Je me souviens qu’il y avait quelque chose sur ce lit, mais je ne sais plus quoi. Je réfléchis, et d'un coup, cela me revient, il y avait quelque chose, un être, horrible, immonde... Je tourne la tête vers la droite, et je ne vois qu'un mur. Je ne comprends pas, Pourquoi suis-je seul ici, où est le cadavre, où sont mes amis ? Il fait froid. Un frisson, traverse mon corps en un spasme. Je relève la tête, et j'ai peur : je le vois ! Cet être est au-dessus de moi ! J'essaye de bouger, de fuir ce lit, cet maison, impossible ! Je jette un rapide coup d'œil vers mes bras, ils sont attachés ! Comme sur le tableau ! Comme ceux de cet être ! Je relève la tête. Le cadavre a les mêmes mouvements que moi. Ça n'est pas le plafond que je vois... Je ne bouge plus. Je viens de comprendre.









Je suis.
Je suis cet être, cet être immonde.
Être est devenu immonde.
Je suis l'immondice, je suis cet immondice d'être.
Cette immondice d'être... quand on est cet être.
_________________
L'Architecture, C'Est Ce Qui Fait Les Belles Ruines.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 10 Mar - 23:27 (2014) Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
superalex10000
Clan

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2010
Messages: 342
Localisation: Région Rhone Alpes

MessagePosté le: Mar 11 Mar - 09:02 (2014) Sujet du message: Cette Immondice d'Etre Répondre en citant

[size=18]J'ai cliqué je sais pas si cela a enregistré ma réponse ![/size]
[size=18]
[/size]
[size=18]C'est de toi ? C'est pas mal mais un peu morbide dis donc[/size]


Revenir en haut
Dark-girl
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2010
Messages: 319
Localisation: Souffelweyersheim (67)

MessagePosté le: Mar 11 Mar - 12:41 (2014) Sujet du message: Cette Immondice d'Etre Répondre en citant

C'est plutôt bien écrit dit moi, tu as fait des études la dedans ?

En tout cas merci de nous faire partager un texte comme celui ci !

_________________
Je sais que je ne plais pas à tout le monde, mais quand je vois à qui je ne plais pas, je me demande si sa me dérange vraiment


Revenir en haut
Twinky-Whisky
Clan

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2013
Messages: 7
Localisation: TeleTubbiesLand (en Sibérie Orientale)

MessagePosté le: Mar 11 Mar - 19:32 (2014) Sujet du message: Cette Immondice d'Etre Répondre en citant

Les réponses ont étaient enregistrés je crois.
Oui le texte est de moi, et non, pas vraiment d'études. Je suis en 4° au collège. On avait comme devoir d'écrire une nouvelle fantastique, et je l'ai postée ici.
Je partagerais sûrement d'autres textes, car j'aime bien écrire de temps à autre.
_________________
L'Architecture, C'Est Ce Qui Fait Les Belles Ruines.


Revenir en haut
Dark-girl
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2010
Messages: 319
Localisation: Souffelweyersheim (67)

MessagePosté le: Mer 12 Mar - 12:38 (2014) Sujet du message: Cette Immondice d'Etre Répondre en citant

Ah c'est bien ça ! Je suis une très grande fan de Stephen King donc hésite pas oui à nous poster tes textes Wink

Et qui sait, un jour, tu les verra peut être publier ! Sous forme de nouvelles !

_________________
Je sais que je ne plais pas à tout le monde, mais quand je vois à qui je ne plais pas, je me demande si sa me dérange vraiment


Revenir en haut
Twinky-Whisky
Clan

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2013
Messages: 7
Localisation: TeleTubbiesLand (en Sibérie Orientale)

MessagePosté le: Mer 12 Mar - 22:44 (2014) Sujet du message: Cette Immondice d'Etre Répondre en citant

+Dark-girl : Ce serait bien. Mais le problème, c'est qu'en écriture, je commence beaucoup, mais finit rarement... :/ ^^
Et je compte partager beaucoup de textes, car les ordres, apparemment, sont de pourrir ce forum, alors... ^^ Bon, je dois me calmer, seulement 4 messages ! xD
_________________
L'Architecture, C'Est Ce Qui Fait Les Belles Ruines.


Revenir en haut
Strigois
Clan

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2011
Messages: 47
Localisation: Clermont Ferrand

MessagePosté le: Lun 17 Mar - 11:11 (2014) Sujet du message: Cette Immondice d'Etre Répondre en citant

Bravo
Continue !!!!
_________________
Carpe Diem

Jérôme dit STRIGOIS


Revenir en haut
Skype
SANGUINUSS
Clan

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2010
Messages: 24

MessagePosté le: Lun 17 Mar - 16:08 (2014) Sujet du message: Cette Immondice d'Etre Répondre en citant

Je vote oui, bien sûr, mais ça me fait peur.... quelque part .....
Trouillarde de nature et encore plus depuis mon récent cambriolage !.!.!
Cambrioleurs qui m'on piqué entre autre....mon ordinateur......
Sans lui, je ne peux presque pas jouer à BF et encore moins aller sur le fofo.....
Fofo ..... merci pour tout Dark.....
Fini la prose....... taf taf taf
Rolling Eyes


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:32 (2018) Sujet du message: Cette Immondice d'Etre

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet DAY WALKER 187 Index du Forum -> DIVERTISSEMENTS DU GUERRIER -> TEXTES ET POEMES Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1


Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template subMarine by SoSo
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com